L’inconscient

« En hypnose, vous cessez d’utiliser votre esprit conscient; en hypnose, vous commencez à utiliser votre esprit inconscient. Parce que inconsciemment, vous en savez autant et même bien plus que ce que vous savez consciemment »

Milton Erickson.

On peut imaginer l’inconscient comme cette forme d’intelligence qui gère tous les processus qui s’effectuent en dehors du champs de notre conscience, qui nous habite tous et dont le but ultime est de vivre. Il ne se passe pas une seule seconde sans que l’inconscient soit occupé à gérer un nombre impressionnant de tâches. Milton Erickson disait que « L’inconscient représente tout ce dont vous n’êtes pas conscients en ce moment ». Son rôle repose sur trois fondamentaux :

cce181791931046e4e02c2db2e3de89e.jpg_srz_p_383_256_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

La gestion du corps et des émotions

Imaginez un instant que vous arrêtiez tout ce que vous faites là maintenant. Qu’est ce qui se passe ? En y regardant de plus prêt, on peut déjà remarquer que les poumons « respirent », que le sang circule, que le corps maintient un certain tonus musculaire, que votre cerveau interprète les fréquences que perçoivent vos yeux pour vous apporter une cohérence visuelle riche en détails, etc. Toutes ces choses se passent indépendamment de notre volonté consciente. C’est également le cas pour la digestion, l’activité du système immunitaire, une blessure qui cicatrise, ou tout autre forme de régénération.

Tenez, imaginez cette fois que, alors que vous êtes tranquillement installé chez vous, vous remarquez à votre gauche une grosse forme noire qui passe dans votre champs de vision. En tournant la tête vous remarquez qu’il s’agit de… Une panthère ! Une vraie ! C’est comme un très gros chat avec de longues moustaches, une masse musculaire impressionnante, des dents et des griffes acérées, et un appétit insatiable pour les gens qui consultent ce site web. Théoriquement, si cette situation devait arriver il se passerait des tas de choses avant même que vous n’ayez pu dire « oups » : Le sang ne fait qu’un tour, accompagné d’une vive émotion, le tonus musculaire explose pour que l’on puisse ou se battre, ou fuir, ou se figer (faire le mort), les pensées vont 1000 fois plus vite que d’habitude et l’attention est intense (bonne chance quand même).

La protection physique et mentale

L’exemple précédent introduit déjà cette notion de protecteur. La situation était extrême mais le fond est là, l’inconscient fait tout pour nous préserver, que ce soit au niveau physique comme au niveau mental. Il le fait avec ses propres limites et de façon pas toujours adaptée du point de vue du conscient.  C’est le cas des symptômes, des douleurs et des émotions qui ne sont finalement que des informations que quelque chose en particulier se passe ou s’est passé, une façon d’attirer l’attention sur un élément que l’inconscient considère comme important. C’est aussi le cas des douleurs dites psychosomatiques pour lesquelles aucun test médical n’arrive à identifier d’origine physique. Parfois, certaines personnes qui vivent des événements émotionnellement intenses réagissent même par une amnésie, ce qui est une façon pour le mental d’éviter d’une décharge émotionnelle parfois trop violente.

Le fait est que l’inconscient agit bien avant que la conscience ne prenne de décision. Sa qualité de protecteur implique qu’on ne puisse pas nous faire faire n’importe quoi sous hypnose. Les suggestions inadaptées ne passent pas.

Le stockage et l’utilisation des pensées, de la mémoire et des apprentissages

Pour prendre un exemple plus habituel, vous pouvez penser à ces situations où vous marchez d’un point A à un point B, captivé par vos pensées, et qu’une partie de vous même pense à mettre un pied devant l’autre, à maintenir et faire évoluer le rythme, l’équilibre du corps, éviter les gens, monter une jambe puis l’autre pour monter des marches, s’arrêter lorsqu’un petit bonhomme rouge est aperçu, regarder à gauche, regarder à droite, voir une voiture freiner brusquement devant vous, se crisper puis se relâcher, éviter la marche du trottoir, respirer, penser à plein de choses, bref ! Je pense que l’aurez compris, nous avons tous vécu notre lot de frustrations et de chutes lors de notre apprentissage de la marche… mais aujourd’hui nous sommes des virtuoses du déplacement à deux jambes sans même nous en rendre compte !

Cet apprentissage est stocké quelque part et est utilisé inconsciemment (sans avoir à y penser) à chaque fois que c’est nécessaire. C’est aussi le cas d’un souvenir dont l’émotion sera ravivée à la vue d’une photo, ou d’un événement dont les détails resurgiront à la conscience par simple évocation et associations d’idées (« vous faisiez quoi le 11 septembre 2001 » ?). Dans le flot colossal d’informations que nous assimilons, l’inconscient filtre les données les plus nécessaires pour que nous puissions y accéder consciemment et prendre des décisions.

C’est souvent au niveau des processus d’apprentissage du cerveau que nous allons travailler avec l’hypnose, car cette capacité à apprendre et à réapprendre offre des possibilités immenses en terme de changements.